Personnaliser SystemRescueCd


Introduction

Pouvoir faire sa propre version de SystemRescueCD était fréquemment demandé. C’est maintenant possible de le faire.

Ceci signifie que vous pouvez ajouter des fichiers à l’images compressée sysrcd.dat, qui est le système de fichier de SystemRescueCD. Par exemple, vous pouvez ajouter des scripts qui font une sauvegarde complète d’un serveur, ou un programme dont vous avez besoin. Il est aussi possible d’ajouter des données, afin d’avoir tout sur le cédérom (données et système de fichiers qui vous permettent de restaurer vos données.) Actuellement, il n’est pas possible de changer le noyau. Si vous avez besoin d’une option du noyau qui est désactivée, merci de nous contacter.

Le but est de produire une nouvelle image ISO, avec un fichier sysrcd.dat mis à jour. Afin de créer votre propre version de SystemRescueCD, vous avez besoin d’une version officielle et récente de ce cédérom et d’une partition avec avec les droits de lecture et d’écriture depuis Linux, avec au moins 700 Mo d’espace libre. Si vous voulez une version plus volumineuse du cédérom, vous devrez avoir encore plus d’espace.

Restez conscient que cette opération demande une grande quantité de mémoire (RAM et Disque Dur). Si vous n’avez pas 128 Mo de RAM et au moins 700 Mo de libre, l’opération échouera. Vous pouvez créer une partition de swap afin d’éviter des problèmes.

La version française de cette documentation n’est actuellement pas à jour, il est donc recommandé de lire le chapitre en anglais.

Usage

Toutes les personnalisations sont traitées depuis le cédérom avec un script. Vous devrez graver la version officielle du cédérom, démarrer dessus et vous pourrez faire votre version personnelle. Le script doit être lancé depuis le cédérom, car s’est plus facile de cette manière. Vous serez sûr que tous les programmes seront installés. Si le script avait été conçu pour fonctionner sous plusieurs distributions Linux,vous auriez dû installer de nombreux programmes, modules pour le noyau et cela aura été bien plus difficile. Voici les instructions à suivre pour créer votre image ISO. Dans notre exemple la partition /dev/hda1 est formatée Linux (ext2, ext3, reiserfs, reiser4, xfs, jfs,..) et dispose de 850Mo au minimum. Il doit absolument s’agir d’une partition Linux car les système de fichiers FAT et NTFS ne supportent pas les liens symboliques et les permissions de fichiers.

Si vous avez seulement une partition FAT de disponible, vous pouvez créer une partition Linux virtuelle à l’intérieur de votre partition FAT:

mount /dev/hda1 /mnt/fat
cd /mnt/fat
dd if=/dev/zero of=fsimage bs=1M count=850
mke2fs -F -q fsimage
mount -t ext2 -o loop fsimage /mnt/custom

Si vous utilisez l’option de démarrage docache, le disque original de SystemRescueCD devra être monté quand vous lancerez la première étape du script.

Procédure

Cette procédure va créer un répertoire customcd sur cette partition. Tous les fichiers localisés dans un autre répertoire ne seront pas affectés par le script. Si vous avez une vielle version de personnalisation du cédérom dans ce répertoire, vous devriez faire une sauvegarde. Tous les fichiers de /dev/hda1/customcd seront perdus. A noter que vous devrez utiliser /mnt/custom que nous utilisons dans cet exemple. Vous ne pouvez pas utiliser un autre point de montage comme /mnt/un-autre-nom.

Première étape: Monter la partition de travail.

mount /dev/hda1 /mnt/custom

Si vous ne voulez pas que le dossier temporaire soit écrit dans /mnt/custom, vous pouvez choisir un autre répertoire. Par exemple, si l’espace disque libre se trouve sur un partage NFS, vous pouvez essayer ceci:

mount -o bind /mnt/nfs/remote-directory /mnt/custom

Deuxième étape: Extraire les fichiers actuels de l’image sysrcd.dat

/usr/sbin/sysresccd-custom extract

Si il n’y a pas eu d’erreurs, tous les fichiers de l’image sysrcd.dat devrait avoir été copié dans: /mnt/custom/customcd/files/

Troisième étape: Personnaliser les fichiers (optionnel)

Pour personnaliser les fichiers que vous venez juste d’extraire. Vous pouvez le faire depuis le SystemRescueCD mais il est également possible de redémarrer l’ordinateur pour utiliser un autre système. Si vous choisissez de redémarrer, vous devrez une nouvelle fois démarrer sur le cédérom SystemRescueCD et monter les fichiers à nouveau (voir l’étape 1). Tous les changements qui peuvent être fait dans le répertoire suivant: /mnt/custom/customcd/files/

Quatrième étape: Créer une nouvelle image squashfs

Dans cette étape, tous les fichiers de /mnt/custom/customcd/files/ sont lisibles et vous devrez les mettre dans la nouvelle image squashfs. Cette dernière est copiée dans: /mnt/custom/customcd/isoroot/sysrcd.dat, mais vous n’avez pas a vous en préoccuper.

/usr/sbin/sysresccd-custom squashfs

Cinquième étape: Ajouter des fichiers dans l’image ISO (optionnel)

Par défaut, vous avez seulement besoin d’un image sysrscd.dat et du répertoire isolinux. le cédérom peut travailler seulement avec ces deux éléments. A cette étape, vous pouvez ajouter d’autres fichiers à l’image ISO, hors de l’image. Par exemple, vous pouvez ajouter des fichiers de sauvegarde dans le cédérom mais hors de l’image sysrcd.dat afin d’éviter sa surcharge. Si vous êtes intéressés par l’ajoute de fichiers de cette manière, vous devrez juste copier les fichiers avec sysrcd.dat dans le répertoire: /mnt/custom/customcd/isoroot.

cp -a mes-fichiers /mnt/custom/customcd/isoroot

Vous pouvez ajouter un script autorun dans le cédérom hors de l’image sysrcd.dat. Si vous mettez un script d’autorun, il peut être lancé au démarrage. Cela vous permet d’automatiser de nombreuses tâches comme faire une sauvegarde. Pour plus de détails, allez voir la section au sujet de l’autorun.

cp autorun /mnt/custom/customcd/isoroot
chmod 755 /mnt/custom/customcd/isoroot/autorun

Naturellement, vous devrez vous assurer que la taille du dossier isoroot n’est pas trop imposante pour votre cédérom (700 Mo habituellement). Vous pouvez utiliser la commande: du -sh /mnt/custom/customcd/ pour cela.

Sixième étape: Sélectionner votre disposition du clavier (optionnel)

Dans la version officielle de SystemRescueCD, vous sélectionnez la disposition du clavier au démarrage. Si vous voulez ne plus avoir à le faire, vous pouvez donc définir une disposition du clavier permanente. Pour ceci, lancez la commande:

/usr/sbin/sysresccd-custom setkmap 

Le deuxième paramètre est le nom ou le numéro de votre disposition de clavier. Par exemple, un utilisateur français devra utiliser ceci:

/usr/sbin/sysresccd-custom setkmap fr

Septième étape: Modifier les options de démarrage (optionnel)

Vous pouvez modifier les paramètres de démarrage dans le fichier /mnt/custom/customcd/isoroot/isolinux/syslinux.cfg afin d’inclure par exemple des options comme docache qui mémorise le disque pour qu’on puisse l’éjecter, ou encore dodhcp qui attribue une adresse IP au démarrage.

Huitième étape: Créer la nouvelle image ISO

Vous devrez juste taper cette commande (Le deuxième paramètre est le nom de volume du disque):

/usr/sbin/sysresccd-custom isogen my_srcd

Neuvième étape: Synchroniser vos disques

Avant de quitter le système et de redémarrer, vous devriez vous assurer que tous vos disque sont correctement démontés. La meilleur façon d’être sûr de ne pas perdre de données est de démonter toutes les partitions montées et tout particulièrement la temporaire (/dev/hda1 dans notre exemple), puis de taper sync.

cd / ; umount /mnt/custom ; sync

Dixième étape: Tester et graver l’image ISO

La nouvelle image ISO est située dans: /mnt/custom/customcd/isofile/sysresccd-new.iso. Vous pouvez la graver avec cdrecord, Nero ou tout autre logiciel de gravure. Si vous ne voulez pas graver un cédérom, vous pouvez le tester avec VMWare ou qemu. Vous devrez annoncer à ce logiciel que le lecteur cédérom virtuel à utiliser est l’image ISO.

Résultats de vos changements

Quand vous démarrez votre ordinateur avec votre version de SystemRescueCD, vous pouvez voir tous les fichiers dans /mnt/livecd. Si vos nouveaux fichiers appartiennent à un répertoire standard, vous pouvez y accéder sans problèmes. Si vous faites un nouveau répertoire dans le root du système de fichier, il va apparaître dans /mnt/livecd, mais vous ne pourrez pas voir dans le dossier root. En fait, la racine du système contient des liens symboliques vers /mnt/livecd. Vous pouvez faire le lien vous même.


Documentation
Manual (EN)
LVM Guide
Disk partitioning
Networking
Manual (FR)

Related
Sourceforge
FSArchiver